Le rôle des grands-parents dans la vie familiale

Les grands-parents ont une place déterminante dans la famille : 17 000 familles témoignent.

La crise sanitaire et le confinement ont interrogé, avec une gravité particulière, notre société sur les liens familiaux intergénérationnels. Aujourd’hui, la phase de déconfinement progressif met à l’épreuve les familles qui se trouvent toujours éloignées des grands-parents. Si cette enquête de l’observatoire des familles de l’Unaf et du réseau des Udaf, en partenariat avec la Cnaf, a été réalisée auprès des parents avant la crise, elle donne des repères précieux sur l’ampleur, l’importance, le sens donnés à ces liens avec les grands-parents.

Des liens précieux, souvent indispensables

Les moments partagés entre enfants et grands-parents jugés nécessaires
Pour les 2/3 des parents, ce sont les moments partagés entre grands-parents et petits-enfants qui sont prioritaires, bien avant la transmission d’une expérience ou d’une mémoire familiale. Cette forte attente se heurte aux réalités : plus d’1/3 de leurs répondants pensent que leurs enfants souhaiteraient davantage de relations avec leurs grands-parents. L’éloignement géographique, le manque de disponibilité et la mésentente, créent des obstacles à ces relations.
Les technologies numériques omniprésentes aujourd’hui sont encore peu utilisées dans les relations enfants/ grands-parents, sauf lorsque les relations sont déjà assez fortes. De façon générale, les grands-parents maternels sont davantage sollicités que les grands-parents paternels : le lien avec la lignée paternelle – structurellement plus fragile – est particulièrement menacé lorsque le parent est isolé.

L’aide indispensable des grands-parents
Autre dimension importante des relations avec les grands-parents : les solidarités. La moitié des parents répondants ont bénéficié d’aides financières de la part des grands-parents. Cette solidarité financière s’adapte aux besoins des familles mais aussi aux moyens des grands-parents : elle est plus fréquente pour les familles monoparentales et moins fréquente lorsque les parents appartiennent à une fratrie plus nombreuse. Ces aides sont surtout indispensables pour faire face aux dépenses de logement : accession à la propriété ou dépenses de loyers.
Les aides prennent aussi la forme de services : ¾ des parents interrogés en ont bénéficié. La garde des enfants est – de loin – la forme principale d’aide. Surtout, elle est vécue comme « indispensable » en particulier en cas de maladie de l’enfant, le mercredi et le soir après l’école.

Une aide qui doit être reconnue pour ne pas être davantage fragilisée

Encore limitées aux raisons familiales impérieuses, les retrouvailles avec les grands-parents sont, pour certaines familles, encore empêchées. La crise sanitaire a créé des distances inédites révélant toute l’importance des liens affectifs et des solidarités concrètes qui lient les familles avec les grands-parents. Outre les liens affectifs, les aînés apportent des aides indispensables aux familles, au quotidien et pour passer des caps difficiles (prêt, logement, garde d’enfant…). En creux, on comprend la difficulté accrue pour les familles qui ne peuvent pas bénéficier de ces soutiens du fait de la séparation, de l’éloignement, de l’activité professionnelle, de la maladie ou du décès.


A plus long terme, l’Unaf alerte sur l’importance et la fragilité de ces solidarités informelles qui méritent d’être mieux connues pour être préservées : l’allongement de la durée d’activité professionnelle ou la sollicitation plus forte des jeunes retraités comme « aidants » de leurs propres parents peuvent par exemple affaiblir ces solidarités. Ces réalités très concrètes devront être prises en compte dans les réflexions à venir, tant pour les politiques du grand âge que pour les politiques familiales.

QUELQUES CHIFFRES

  • 1/3 des parents pensent que leurs enfants
    aimeraient voir leurs grands-parents plus
    souvent.
  • 2/3 des parents interrogés attendent des
    grands-parents qu’ils passent simplement du
    temps avec leurs petits-enfants et créent des
    liens avec eux.
  • 3/4 des parents ont bénéficié de service de
    la part des grands parents.
  • 50% des parents interrogés ont reçu une
    aide financière des grands-parents.
  • 56% des répondants attribuent une place
    importante aux grands-parents maternels dans
    l’éducation de leurs enfants.
  • 374-1 c’est l’article du Code civil qui énonce
    le droit de l’enfant d’entretenir des relations
    personnelles avec ses ascendants.

Retrouvez cette étude de l’Observatoire des familles
sur le site de l’Unaf / Rubrique Etudes nationales : lien ou en téléchargement ci-dessous

This entry was posted in UNAF.

Join the discussion...

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.